• 05
  • 07
  • 08
  • 06
  • 03
  • 04
  • 01
  • 09
  • 02
  • 11

« Le peintre de l'engagement. »

Florent Vollant

Chanteur Innu

Que pense les Innus d’André Michel ?

C'est au début des années 1970 qu' André Michel a commencé à séjourner avec les Innus de la Côte-Nord. Il sculptait, dessinait, peignait, et surtout observait. J'ai pensé à ce moment-là qu'il prenait la place d'un des nôtres, son œuvre aurait dû être celle d'un Innu. Pour moi, c'était encore un blanc qui venait exploiter et exporter notre richesse culturelle.

Ghyslain Picard

Chef de l'assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador

Depuis plus de 35 ans, André Michel met son talent d'artiste au service des Premières Nations. Témoin privilégié de son œuvre, je n'ai pas été surpris lorsque j'ai appris qu'il travaillait sur une exposition franche et inédite sur l'impact de la Compagnie de la baie d'Hudson dans la vie des Premières Nations du Canada. Cette exposition a représenté un fabuleux grain de sel, malheureusement demeuré trop bien caché, dans les activités entourant les diverses fêtes commémorant les actions de Samuel de Champlain au Québec. Accompagnés de courts textes, les tableaux dénoncent efficacement les actions de la multinationale britannique qui, comme le dit André Michel « ...était plus désireuse d'enregistrer des profits que d'écrire l'histoire ».

Pierre Gill

Auteur Innu

« Mon peuple, ma vision, un peintre venu d'ailleurs ».

On m'avait parlé d'un peintre de la Côte-Nord qui peignait la vie quotidienne des Montagnais et des Naskapis. On me parlait d'un homme dynamique, impliqué dans son milieu qui était en contact intime avec le peuple. Avant de le connaître, j'avais vu quelques œuvres de l'artiste regroupées dans un livre : sa technique comme ses sujets, m'avaient séduit. Je me l'imaginais tout comme moi, un Montagnais de racine qui traduisait par son art, les us et coutumes du peuple innu.

Véronique Tomazewski

Scociologue de l'art

Une peinture de l'engagement

"Rien, dans la vie française du peintre André Michel, ne pouvait laisser présager du destin qui l'attendait au Québec.

Il s'inscrit dans la lignée de peintres comme Georges Catlin et Charles Bodmer qui ont voulu témoigner de la grandeur des Indiens d'Amérique du Nord. Il appartient à cette race de pionniers, artisans patients et butés qui transforment le monde en le façonnant. André Michel le peintre est aussi un habile sculpteur dont le nom restera gravé dans les mémoires de la terre. Sur la blancheur des étendues plates de Sept-Îles, il a fondé trois musées et quatre autres lieux muséaux dans le riche paysage artistique de Mont-Saint-Hilaire, dont La Maison amérindienne.

Marguerite Blais

Animatrice et député

Je ressens une pudeur, comme une gêne. Peut-être un complexe...Les mots nous dévoilent et parfois s'entremêlent, comme nos pensées, pour ne pas dire, s'entrechoquent. Choisir le bon vocable pour se représenter un sentiment m'est difficile. Décrire l'amitié et l'admiration que j'éprouve, tant pour l'homme que pour l'artiste, me pousse à me redéfinir et à puiser à la source même de mes racines. Comment réussir à mettre en relief par des mots, le talent et la douce folie qui s'emparent de lui et accaparent ce poète de l'ethnologie picturale?

Jean Giono

Écrivain

André Michel est un peintre figuratif. Pourtant la porte à l'abstraction est grande ouverte aux jeunes de nos jours. Mais quand ils ont usé de tous les subterfuges, ils se retrouvent devant la couleur. L'informel ne résoud pas le problème, il reste toujours posé. Ils peuvent essayer de s'en sortir par des ruses, des raisonnements, des logiques, des techniques, ils reviennent toujours se casser le nez sur cette couleur bien matérielle. Il faut convenir que si on n'a rien à dire cette matière est lourde à soulever.